Ma mère

Ma mère ne sait rien
Des étrangers que je rencontre
Dans les parcs, la nuit, l’été
Et qui me tartinent la barbe de foutre

Ma mère ne sait pas
Qu’à la maternelle
Ma petite amoureuse s’amusait
À me faire embrasser des garçons.

Ma mère ne se doute pas
Que je regardais autant les hommes
Que les femmes en sous-vêtements
Dans le catalogue caché sous mon matelas.

Ma mère ignore
Que ma première pipe
A précédé d’une semaine
Mon premier léchage de chatte.

Ma mère n’a aucune idée
Du nombre de bites tordues
Ont usé mes lèvres
Et l’ourlet plissé de mon cul.

Ma mère ne sait pas
Combien de langues empoissées par ma jouissance
Se sont retrouvées ensuite dans des bouches
D’épouses fidèles.

Ma mère ne connaît pas
Le nom de famille de tous ces hommes
Que j’ai rencontrés dans des taudis immondes
– Moi non plus, d’ailleurs.

Ma mère ne sais pas
Quelle odeur ont ces hommes
Sans paroles qui écrasaient mon visage
Contre la braguette de leur jeans.

Ma mère ignore
Que j’ai presque vomi sur les Adidas
De l’homme qui la première fois a giclé
Dans le fond de ma gorge.

Ma mère n’a jamais su
Qu’un agent de sécurité
M’a déjà surpris une trique à la bouche
Dans les toilettes de l’université.

Ma mère n’a jamais appris
Qu’un gars m’a déboîté la mâchoire
Parce que j’avais frôlé ses couilles
Pendant un trip avec sa femme.

Ma mère n’imaginerait jamais
Que j’ai sucé les pines
Des quatre gars recrutés pour baiser
En gang bang la mère de mes enfants.

Ma mère ne sait pas
Que je me sauve souvent du bureau
Pour aller enculer des femmes
Et des hommes inconnus.

Ma mère n’a jamais rencontré
Le latino au visage ravagé
Qui est venu dans mon cul
Sans avoir mis une capote.

Ma mère ne connaît pas
L’adresse de la clinique sans rendez-vous
Où une infirmière dure comme la pierre
M’a enfoncé une aiguille au coeur.

Ma mère n’a pas eu vent
De ses deux semaines horribles
Vécues dans l’attente fébrile
Des résultats de mes tests.

Ma mère n’a jamais eu vent mon angoisse:
Et si j’avais le sida?
Qu’est-ce que je dirais à mes parents?
Du haut de quel pont devrais-je plonger?

Ma mère ignore
Le soulagement presque orgasmique
De se savoir séronégatif
Quand on a perdu le numéro de son amant

Un jour, je lui dirai qui est vraiment son fils
Dans une lettre, quand j’habiterai sur un autre continent
Ou alors au téléphone à trois heures du matin
Quand elle ne se rapellera plus de son propre nom.

Publicités
Cet article, publié dans Récits, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s